Notre histoire

Il était une fois,

la Maison des parfums de Toulouse

Racontée par Fabienne Pons

C’était en 2004, il y a quatorze ans déjà !

Vivant un temps difficile, j’avais éprouvé le besoin de faire un « break » de trois mois. À la fin de ce dernier, alors que j’attendais tout à fait autre chose du Père, j’ai reçu très clairement ceci : « Mets-moi à part une pièce, ce sera un lieu de gouvernement ». Cette parole était pour les locaux de notre communauté, l’Assemblée Chrétienne de Toulouse. Ce ne fut pas une mince affaire de mettre cette parole en route, mais une pièce fut enfin libérée. Et on lui donna le nom de Béthel. La vision de la Maison de Prière était pour moi à la fois ancienne et récente. Elle était la vision de France en Feu que nous venions de commencer dans cette dimension de la restauration du tabernacle de David. J’ai eu l’impression d’avoir toujours porté cette dimension. Mais là, c’était nouveau dans la réalité de sa mise en œuvre, et du défi que cela représentait pour une église locale de s’engager dans la naissance d’une Maison de Prière 24/7.

J’ai été encouragée, lors d’un voyage en Israël, de visiter une maison de prière près du lac de Galilée. Elle tournait avec peu de personnes et beaucoup de CD de louange ! Il m’a semblé que le Seigneur me disait de ne pas me mettre la pression, mais de commencer simplement. C’est ce que nous avons fait et nous avons usé quelques lecteurs CD… Nous avons donc démarré très modestement mais j’avais compris le mot d’ordre : ne pas se mettre la pression.

Puis une nouvelle étape est venue avec l’idée suivante : notre salle de culte ne servait pratiquement pas en semaine, alors elle pourrait aussi se transformer en Maison de Prière. Les musiciens, les danseurs, les peintres et les créatifs ont apprécié l’espace qui leur était ainsi donné pour bouger, peindre et faire monter les décibels. Mais nous avons gardé notre petite pièce Bethel, et aujourd’hui nous avons le choix de faire nos veilles entre la grande salle et la petite pièce.

Pour continuer ce voyage, Dieu m’a ensuite parlé de l’identité des Maisons de Prière en France. Pour en savoir plus sur la spécificité des maisons de prière françaises et sur le choix du nom de notre MdP, veuillez consulter l’article concerné en cliquant sur le lien ci-dessous :

Alors, c’est avec évidence que notre Maison de Prière s’est appelée « Maison des Parfums ». Elle est donc dans les locaux de notre communauté mais est ouverte à tous. Par la suite, nous y avons rajouté le nom de notre ville, car d’autres maisons de prière ont choisi également ce nom.

Nous avons souvent l’impression d’être des explorateurs ou des chercheurs de sa Présence. Parfois nous sommes conduits à découvrir des chemins qui nous semblent nouveaux ou peut-être pas…. D’autres fois nous recreusons dans les anciens trésors de nos pères et leurs prières. Nous pouvons passer de la contemplation à l’intercession débordante… d’une certaine liturgie au spontané. Nous essayons de réconcilier le fait d’être un adorateur-guerrier, un contemplatif-exubérant, ou un spontané-liturgique. Bref, nous apprenons.

Nous découvrons aussi année après année, qu’une Maison de Prière n’est pas faite pour les « sprinters ». Il faut être des coureurs de fond, voire des marathoniens. Dans la durée des petits commencements nous avons appris, certes l’usure et le découragement, mais au lieu de serrer les dents et de continuer coûte que coûte à puiser en nous, nous avons été surpris par la joie… Nous vivons régulièrement, comme une rosée du matin, qu’il y a vraiment de la joie dans la Maison de Prière. Qui aurait cru cela dans nos veilles, plébiscitées par les anges, mais sans aucun public ? Qui aurait cru qu’il y a d’abondantes joies devant sa face, en vrai… comme disent les enfants.

Forts de cette vision renouvelée, notre ligne de conduite est devenue simple. Si ce service devient trop lourd ou asséchant, nous recommandons alors aux veilleurs de s’arrêter pour un temps et de retrouver la joie et le privilège de venir Le rencontrer. Dieu a continué à nous parler et nous  avons été conduits à impliquer les générations. Alors des veilles pour les bébés et les touts-petits, des veilles pour les enfants se sont mises en place. Nous avons fait un bond en avant avec la création d’une formation prophétique pour des sacrificateurs-missionnaires. C’est l’Ecole Melkisédek qui fait partie du réseau France en Feu. Des personnes s’engagent ou nous rejoignent avec cet appel radical au service de sa Présence. Et c’est toujours pour moi un émerveillement de voir des jeunes et des moins jeunes entendre cet appel si particulier et si peu populaire de l’adoration et de la prière. Nous avons aujourd’hui une équipe de coordination, des personnes incroyables, qui sont passionnées par ce service.

Depuis quelques années, nous sommes enrichis, d’une part par la mise en place et l’évolution de nos stages pratiques. Ils favorisent l’expérience d’un style de vie autour de la présence du Roi, plus seulement de façon individuelle mais collective. Avec l’ensemble des veilleurs de notre MdP, nous apprenons et devenons à être une famille autour de Lui.

Il nous reste tellement de progrès à faire mais nous persévérons. Et je pense que dans 10 ans, il y aura tellement d’autres choses à dire sur la Maison des Parfums de Toulouse. Car je crois qu’une Maison de Prière évolue en fonction de sa maturité, de ses rencontres avec Dieu et de l’actualité de la ville ou du pays où elle est implantée.

Nous contacter

N'hésitez pas à nous contacter pour toute question. Nous vous répondrons dès que possible.

Code illisible ? En changer. captcha txt